MENU

Site Internet : comment choisir son équipe projet ?

La concurrence accrue aux supports digitaux les plus innovants et les plus performants a fait naître de nouveaux métiers. L’informaticien des années 90 a évolué en plusieurs sous-domaines d’expertises – concepteur, développeur, webdesigner… – dont les profils sont nécessaires à comprendre afin de choisir une « bonne » équipe projet et de bien la manager. L’objectif ? Réussir le développement de votre site internet et assurer l’adhésion de ses utilisateurs.

Tout savoir sur une équipe projet web

Une équipe projet web se constitue de manière simple et complexe à la fois. Cela dépend de l’objectif du site Internet : s’agit-il d’un site vitrine ou d’un eshop ? D’une web app ou d’une application native ? D’un blog ou d’un portfolio ? Ces catégories de besoins ne font pas exactement appel aux mêmes ressources ou du moins, aux mêmes compétences. Ainsi, pour créer une web app, il faudra privilégier un développeur spécialisé en HTML5, CSS3, Angular ou React. Pour une application native, il vaudra mieux solliciter un expert Swift ou Java selon si l’application est à destination d’une plateforme IOS ou Android. Ici, notre ambition est de vous aider à savoir comment choisir son équipe projet au service d’un site vitrine ou e-commerce.

 

Les rôles de chacun

  1. Le concepteur & chef de projet digital :

Le concepteur web est à distinguer du développeur. En effet, son rôle n’est pas de créer le site Internet mais de le penser pour qu’il réponde aux besoins précis de ses clients. Il va donc intervenir en amont de la réalisation du site à travers une étude de la concurrence, des tendances sociétales, techniques, design et même légales. Une fois l’ensemble des besoins et des fonctionnalités listés au sein d’un cahier des charges, il proposera une première ébauche d’arborescence afin de hiérarchiser l’information et d’optimiser le parcours utilisateur, avec parfois l’aide d’un expert en référencement naturel. Il constituera ensuite une équipe projet dédiée à la bonne réalisation du site et, en tant que chef de projet digital, il s’assurera de la bonne coordination entre les différents acteurs ainsi que, du suivi du projet, du respect du cahier des charges, des contraintes de temps et de coût.

 

  1. Le webdesigner :

Le webdesigner est la personne qui donnera au site une esthétique et une dynamique d’ensemble. Celle qui permettra d’affirmer le positionnement de l’entreprise et de la distinguer de ses concurrents. Il a pour missions : d’établir la charte graphique de l’entreprise, de la décliner au service de l’identité visuelle du site en fonction des cibles, de proposer une navigation fluide et d’optimiser le référencement du site Internet (un site peu esthétique, qui met du temps à charger, dont le design n’est pas responsive et qui propose une navigation illogique ne sera pas bien noté par Google !). Enfin, le webdesigner sera chargé de réaliser les mises à jour graphiques nécessaires et dans certains cas, de décliner les éléments visuels du site pour les réseaux sociaux, la newsletter, des opérations dites « spéciales » et les supports print.

 

  1. Le développeur :

Le développeur web est chargé de la construction technique du site Internet. Il fait partie des métiers les plus demandés sur le marché du travail, ce qui explique souvent les tarifs pratiqués. Sans lui, pas de site fonctionnel ! Il a pour rôle de conseiller techniquement le client dans ses choix, d’intégrer l’arborescence, d’optimiser le référencement naturel en travaillant les balises html5 (ouille !), de coder les différentes pages du site afin de les rendre dynamiques (il travaille conjointement avec le webdesigner pour les contraintes techniques de mise en page). Le développeur veille également à tester les différentes fonctionnalités du site, à corriger ses éventuels bugs et à en assurer la maintenance. Sur demande, il a aussi pour mission de créer des tutoriels pour aider son client à prendre en main une partie du site Internet (exemples : ajouter des articles, suivre les commandes, intégrer de la documentation client, mettre à jour le slider de la page d’accueil…). 

 

  1. L’hébergeur :

L’hébergeur est souvent un métier du web mal compris et pourtant son rôle est indispensable à la visibilité du site Internet et à sa longévité. Son rôle est de fournir aux clients des serveurs sécurisés qui accueilleront le site afin qu’il obtienne des visites.

L’hébergeur veille à fournir de la puissance au site, de l’espace de stockage, à le sécuriser des attaques externes, du vol des données, des virus et des spams. Il s’assure que la plateforme est fonctionnelle nuits et jours. Il peut, dans certains cas, délivrer les statistiques relatives à la fréquentation du site, réaliser des sauvegardes et conseiller ses clients dans l’utilisation d’un type de serveur : mutualisé (plusieurs sites pour un même serveur), dédié (un serveur unique par site), virtuel (hébergement via un Cloud). Le choix de faire appel à une société d’hébergement ou à un indépendant dépend des enjeux du site Internet, notamment relatifs au nombre de visites et au besoin de sécurité.

Retrouver toutes les fiches métiers du digital sur : http://etudiant.aujourdhui.fr/etudiant/

Vous voulez recevoir tous les tips du digital ?

Vous êtes au bon endroit... Inscrivez-vous à la newsletter PERTINENS !
Promis, pas de spam ! 😉

Constitution d’une équipe projet agile

Site Internet : comment choisir son équipe projet ?
Comment choisir son équipe projet

Une équipe projet agile est formée d’un groupe de personnes dédiées au développement d’un produit pendant une courte période.

Ce développement implique le client à toutes les étapes du projet, à la différence d’un mode de travail projectif, qui se concentre davantage sur l’objectif final et moins aux besoins évolutifs du client. En mode dit « agile », les feedbacks sont alors plus fréquents, ce qui permet à l’équipe projet de s’adapter. Le but de la méthode reste cependant d’accélérer le processus de développement de la solution (logiciel, site Internet, application mobile…).

Dans le cas d’une gestion de projet dite « Scrum » (un pendant fort des méthodes agiles), le principe consiste à proposer une version simplifiée de la solution sur une période très restreinte et d’y intégrer les fonctionnalités au fur et à mesure des étapes du projet.

Tout passe par la communication et l’échange au sein de l’équipe projet agile afin qu’elle soit la plus productive possible. On parlera alors de « Sprints » pour désigner les périodes de développement régulières, de « Product backlog » pour caractériser les fonctionnalités à intégrer, de façon hiérarchique, lors des sprints et de « Scrum » pour définir le rassemblement quotidien de l’équipe projet agile (mot emprunté du rugby, qui signifie « mêlée »). Cette équipe est constituée d’un créatif, d’un développeur, d’un concepteur… chapeautée par un Scrum Master qui doit veiller au respect de la méthode, apporter des conseils et des outils à son équipe et lui éviter d’être perturbée par des facteurs extérieurs. Enfin, le Product Owner est le représentant du métier / client, c’est lui qui va définir les fonctionnalités du Product backlog, les prioriser et les valider lors des sprints.

Selon un article du Blog du Chef de projet, il existe 3 piliers fondamentaux des approches agiles :

  • La transparence :

« Scrum met l’accent sur le fait d’avoir un langage commun entre l’équipe qui va développer la solution et le représentant des utilisateurs. Ce langage commun doit leur permettre de partager facilement ce qui est attendu, et surtout de prioriser les besoins pour focaliser l’équipe sur ce qui va apporter le plus de valeur ».

 

  • L’inspection :

« Scrum propose de faire le point sur les différents incréments produits à intervalles réguliers, afin de détecter toute variation indésirable. Ces inspections ne doivent pas être faites trop fréquemment, ou par un inspecteur mal formé : cela nuirait à l’avancement du projet ».

 

  • L’adaptation :

« Si une dérive est constatée pendant l’inspection, le processus doit alors être adapté. Scrum fournit des rituels, durant lesquels cette adaptation est possible. Il s’agit de la réunion de planification de sprint, de la mêlée quotidienne, de la revue de sprint ainsi que de la rétrospective de sprint ».

Nous sommes tous capables, à notre échelle, de mettre en place une équipe projet agile pour mieux s’adapter aux besoins client et gagner en productivité.

PERTINENS vous aide à constituer et à manager une équipe pour votre projet digital

Site Internet : comment choisir son équipe projet ?
Comment choisir son équipe projet

Un des rôles fondamentaux de PERTINENS est de vous aider à identifier les bons prestataires pour mener à bien votre projet digital.

Notre observation attentive des acteurs du marché de la transformation numérique nous permet de cibler les profils adaptés à vos besoins. Et nous tâchons de nous entourer des meilleurs ! Nous sélectionnons les experts sur la base de critères tangibles, allant du retour d’expérience au savoir-être… Nous avançons ainsi dans une même direction.

Manager son équipe projet « à la PERTINENS » c’est lier entente professionnelle, productivité et vision commune de votre objectif. Une fois votre stratégie digitale délivrée, un de nos consultants prendra la casquette de chef de projet. Il coordonnera l’équipe sans que vous ayez besoin d’intervenir (ou alors très rarement !). Ce chef de projet sera votre référent et vous tiendra informé des différentes étapes du projet.

Vous souhaitez que l’on vous aide à créer et à manager une équipe projet pour mener à bien la refonte de votre site internet ? Contactez-nous par mail !

Vous souhaitez redimensionner votre business ?

Rencontrons-nous